Littérature, poésie, théâtre, musique, ...

Message à l’Association des auteurs de la Montérégie

Ce qui m’a toujours fascinée dans le métier d’écrivain, c’est sa grande liberté.

Liberté de livrer sa pensée, de s’insurger contre l’inacceptable, de travailler où l’on veut, quand on veut… L’écrivain n’a de comptes à rendre à personne, sinon à lui-même. Et, bien sûr, à ses lecteurs.

Liberté presque absolue, donc, mais aussi solitude profonde. Pendant de longs mois, il est seul devant son écran ou sa page blanche.

L’Association des Auteurs de la Montérégie contribue à briser ce mur de l’isolement et il faut l’en féliciter. Grâce à elle, nous avons un lieu pour échanger et une équipe déterminée à pousser dans le dos des gouvernements et des organismes d’aide qui ne sont pas toujours pressés de promouvoir la culture.

Le gala 2014, auquel j’ai assisté le 31 mars illustre bien mon propos.

Moi, qui suis membre de l’AAM depuis 1999, j’ai pu constater le travail admirable des équipes qui se sont succédé à la direction. Au fil des ans, les présidents, épaulés par une armée de travailleurs de l’ombre, ont déployé des efforts considérables pour empêcher le bateau de couler. Leur générosité mérite notre admiration. Tout récemment, notre présidente Gaétane Dufour me confiait que le tribut à payer est parfois lourd. Ses propres travaux d’écriture, comme ceux de ses prédécesseurs, en pâtissent.

Je remercie l’Association des auteurs de la Montérégie qui m’a fait un grand honneur en m’accordant le Grand Prix littéraire de la littérature en Montérégie, catégorie essai. La Saga des Papineau m’a fait passer bien des nuits blanches et l’appréciation du jury compte beaucoup pour moi.

Au Québec, la littérature est encore jeune. Mais si elle se porte bien, c’est grâce à ses défenseurs et l’AAM est en première ligne. Notre association fête cette année ses 16 ans. C’est la preuve irréfutable que la persévérance porte ses fruits. De quoi faire mentir les oiseaux de malheur qui n’en finissent pas de prédire la mort du livre!

Micheline Lachance


Gala des Grands Prix littéraires de l’AAM – 31 mars 2014

LES LAURÉATS

Grand Prix du jury de la littérature en Montérégie 2014

Brigitte Pilote pour son roman
Motel Lorraine.
Éditions Stanké.

Catégorie fiction jeunesse  primaire

Josée Pelletier
Ma soeur est tellement gentille, mais…tellement texto!
Éditions Fou Lire.

Catégorie fiction jeunesse secondaire

Marilou Addison
Onde de choc.
Éditions De Mortagne.

Mention spéciale 1. Sophie Rondeau
Cupcakes et claquettes, tomes 1 et 2
Éditions Hurtubise.

Mention spéciale 2. Alessandro Cassa
Le professeur Acarus Dumdell et ses potions incongrues.
Éditions Alice Bruxelles.

Catégorie fiction adulte

Brigitte Pilote
Motel Lorraine.
Éditions Stanké.

Prix de la poésie Rina Lasnier

Mathieu Blais
Sylvestre au temps des galimatias.
Éditions Triptyque.

Ex æquo : Pierre Labrie
Ajouts actuels aux révélations.
Éditions Trois-Pistoles

Prix Album adulte

Gilles Jobidon
Une vie de porcelaine.
Coédition Plein Sud et Les heures bleues.

Mention spéciale : Ako Millette
Nos aînés racontés. Illustré par Yolande Brouillard
Éditions Musée Bruck.

Prix Essai

Micheline Lachance
La saga des Papineau.
Éditions Québec Amérique.

Mention spéciale : Stéphanie Deslauriers
Attention, estime de soi en construction.
Éditions Midi Trente.

Partenaires